Yannick Guebel
Votre ostéopathe à DUNKERQUE

"Corps, Esprit, revivre l'unité"

Horaires

Lun - Jeu : 07:30 - 12:00, 13:30 - 20:00
Ven : 07:30 - 12:00
Sam : 08:00 - 13:00

Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Mélatonine, sommeil et écrans, un problème de santé par votre ostéopathe Yannick GUEBEL

Mélatonine, sommeil et écrans, un problème de santé par votre ostéopathe Yannick GUEBEL

Le 22 septembre 2020
L'obscurité disparait de notre vie, la lumière se répand partout dans nos villes et nos maisons. Pourtant, il faut donner ses lettres de noblesse à la noirceur, elle est plus que nécessaire à notre santé. On peut parler de pollution lumineuse aujourd'hui

La Mélatonine :

 Il ne faut pas la confondre avec la Mélanine, qui est la multitude  de pigments qui colorent le peau et la protègent des rayons du soleil. Elle est souvent appelée hormone de la nuit, et joue un rôle essentiel dans la chronobiologie, ainsi dénommée parce qu’elle rythme par différents cycles, et notamment ceux du jour et de la nuit, le contrôle, le maintien ou l’altération de la physiologie de notre corps. C’est une neurohormone, dont la source protéinique se trouve dans certaines cerises ou dans les kiwis, les noix, noisettes, maïs, tomates, oignon, ail, ananas, banane, riz, avoine, orge, gingembre. Elle est sécrétée au niveau de la glande pinéale (au niveau de l’épithalamus), et du foie pour 90%, surtout à partir de la Dopamine, issue elle-même du Tryptophane.  Elle est, je vous le rappelle, le neurotransmetteur de la coordination motrice, de la récompense et …de la jouissance.

La Mélatonine semble avoir de multiples fonctions autres qu'hormonales, en particulier comme antioxydant. Elle jouerait un rôle particulier dans la protection de l'ADN nucléaire et dans l'ADN mitochondrial. Elle semble aussi jouer un rôle dans le système immunitaire. Elle est surtout fabriquée la nuit, ce qui signifie surtout dans l’obscurité, elle commence vers 21 heures, quand on a notre premier coup de « pompe », et ouvre les portes du sommeil. Grâce à différentes expériences d’enfermements à long terme dans des grottes, on a pu déterminer que notre rythme biologique se réalisait plus sur 24 heures 30  que 24. Michel SIFFRE est descendu dans le  gouffre de Scarasson sans repères temporels du 17 juillet au 14 septembre 1962, et pensait en être ressorti le 20 août. En communiquant ses impressions par téléphone mais sans recevoir d’informations de l’extérieur. Après plusieurs semaines, sa sensation du temps s’était décalée de plusieurs jours, d’où cette conclusion sur notre rythme. Cela montre que si la lumière a son importance, l’obscurité n’en n’a pas moins !  Notre organisme a besoin de régulateurs exogènes, et se calle selon les saisons sur les successions nuits/jours dont le rapport varie selon la période de l’année.

Or nous vivons dans un monde où l’éclairage est omniprésent.

C’est même un phénomène culturel. La lumière symbolise le savoir, on parle du siècle des lumières, la justice, on dit «  faire la lumière sur », la connaissance, une idée lumineuse... L’obscurité représente le mal, le refus du savoir, ne dit-on pas sombrer dans l’obscurantisme.  

Les lumières rouges sont plus froides que les bleues, elles émettent moins d’énergie. Nous possédons tous de multiples écrans par famille, comptez ceux que vous avez chez vous, qui fournissent un éclairage blanc/bleu. Ces écrans utilisent des LED qui procurent énormément de LUX(unité de lumière), plusieurs centaines en fait. La nuit, nos rues sont éclairées, au grand désespoir des astronaumes, et cette lumière pénètre dans nos chambres. On peut parler à ce jour de pollution lumineuse. Elle modifie la biodiversité, par exemple. Ainsi, depuis l’apparition des lampadaires dans nos rues, les plantes sauvages poussent moins là où il reste de la terre, car les insectes photophiles volent plus haut et n’assurent plus la pollinisation !

Notre biorythme n’est plus respecté lui non plus. Nous emmenons nos tablettes dans nos chambres, nous y jetons un œil avant le coucher, puis au réveil, et sans nous en rendre compte, nous absorbons des doses de lumière qui bloquent nos sécrétions de Mélatonine. Si peu me direz-vous ! Sachez que 6 LUX diminuent de 50% de mélatonine ! Cela provoque des troubles du sommeil, de la concentration, de vision, de dépressions, voire d’effets pressentis, actuellement analysés, sur l’apparition de certains cancers (la carcinogénèse) …

À quand le retour de nos réveils mécaniques à numéros phosphorescents ?