Yannick Guebel
Votre ostéopathe à DUNKERQUE

"Corps, Esprit, revivre l'unité"

Horaires

Lun - Jeu : 07:30 - 12:00, 13:30 - 20:00
Ven : 07:30 - 12:00
Sam : 08:00 - 13:00

Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > D'où nous viennent nos certitudes ? Yannick GUEBEL, ostéopathe à DUNKERQUE

D'où nous viennent nos certitudes ? Yannick GUEBEL, ostéopathe à DUNKERQUE

Le 13 février 2021
D'où nous viennent nos certitudes ? Yannick GUEBEL, ostéopathe à DUNKERQUE
Nous pensons avoir beaucoup de certitudes. Avec la pandémie, cela se transforme en… nous pensions avoir des certitudes. Comment tout ceci se fixe et se transforme dans notre cerveau, comment changer pour s'adapter?

Nous avons abordé nos 3 cerveaux, leurs rôles et leurs implications dans notre quotidien. Je vous propose d'aller plus loin, mais cette fois en remontant le temps …

Quand un bébé vient au monde, qu'en est-il de ses 3 cerveaux? 

Le cerveau limbique, dit aussi reptilien, est déjà très fonctionnel ! Quand il a faim, quand il a mal, il sait le faire savoir, il pleure.

Le cerveau mammalien est déjà bien développé. Un fœtus de 13 semaines possède déjà ses 5 organes sensoriels. Il a ses yeux, son odorat, il entend etc. À 25 semaines, il reconnait son petit monde, le chien, le chat, papy, mamy etc.

Le cerveau cortical, lui, est un ordinateur qui est pratiquement vierge de tout programme. Il va se coder et se codifier grâce aux expériences émotionnelles de l'enfant pendant les 2 ou 3 premières années de sa vie! Cela rejoint les analyses de chercheurs comme Jean PIAGET ou Jean Pierre CHANGEUX. Quand un enfant nait dans un milieu défavorisé, alcoolique et violent, ses références seront intimement liées à son vécu. Aussi, parvenu à l'âge adulte, il sera tenté de reproduire le schéma qu'il a connu en son enfance et qui lui sert de point de départ à ses réactions en quelque sorte. Aussi, il est moins surprenant, sachant ceci, de le voir adopter cette même attitude agressive. De plus, il faut savoir que notre cerveau ne possède pas de touche "reset". Pour changer ce "référentiel de base", il faut installer un autre programme type par feu ou antivirus pour corriger ce qui n'est pas en accord avec les programmes des autres ordinateurs. Bref, il faut passer par une autre éducation en parallèle et qui vient compromettre la force automatique de la première… C'est extrêmement compliqué! 

Nous pouvons considérer un autre cas de figure où le bébé vient au monde dans une famille équilibrée et aimante. Tout va bien jusqu'à un changement de situations, professionnelle comme une mutation ou un déménagement, ou personnelle comme une séparation ou la perte d'un proche. Les modifications dans les attitudes des parents va avoir un impact direct sur l'enfant, qui,  ne comprenant pas, va se sentir en danger, et sous l'effet de son instinct de survie, va s'exprimer par son cerveau reptilien! 

Je vous rappelle que les comportements liés à ce cerveau sont la consommation et la peur pour la conservation. Si ces critères se développent de façon trop radicale, l'enfant  devient:

- Soit un conquérant, qui est hyper avide d'activités, de jeux ou d'émotionnel.

- Soit un enfant apeuré qui va développer des angoisses.

On ne peut nier les facteurs génétiques qui caractérisent un enfant, mais on ne peut tout leur imputer. 

De ce fait, l'un pensera qu'il faut être prudent, l'autre qu'il faut foncer. Il en sera de même pour des notions plus subtiles comme la religion, l'honnêteté, la fidélité et de toutes les valeurs!

Ce que nous appelons des valeurs sont souvent des "ancrages" et il est nécessaires de les valider par la réflexion. Par exemple, la chasse aux sorcières était considéré comme un bienfait au moyen-âge, elle l'est moins aujourd'hui. L'adaptation à l'époque et l'environnement sont indispensables mais non suffisants. Le chemin est difficile, car les questions posées sont:

" Qu'est-ce que je pense effectivement, en sachant que je peux avoir raison ou tort!"

"Quel est mon sentiment profond en me basant sur mon raisonnement et mes émotions?"

" Quelle est la solution qui me plait le plus, entre mes envies profondes et mes relations avec le monde environnant."

Le temps fait que souvent, nos certitudes se muent en concessions, et c'est tant mieux, c'est le principe même de l'adaptation.