Yannick Guebel
Votre ostéopathe à DUNKERQUE

"Corps, Esprit, revivre l'unité"

Horaires

Lun - Jeu : 07:30 - 12:00, 13:30 - 20:00
Ven : 07:30 - 12:00
Sam : 08:00 - 13:00

Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > QUELS INFLUENCES A LE STRESS SUR NOUS PENDANT LE CONFINEMENT ? QUELLES SOLUTIONS

QUELS INFLUENCES A LE STRESS SUR NOUS PENDANT LE CONFINEMENT ? QUELLES SOLUTIONS

Le 12 avril 2020
Le confinement modifie notre comportement. Il accentue le stress, modifie nos communication. Pourquoi, comment ça marche. L 'Analyse Transactionnelle peut apporter une réponse, je vous parle des 4 émotions(normales) et des 3 soifs...

LES 4 ÉMOTIONS ET LES 3 SOIFS.

Bon, vous avez remarqué que le monde a été bouleversé ces derniers temps. Tout a changé. Notre façon de vivre, d’appréhender le temps, notre avenir, plus rien n’est comme avant. Même, on peut dire que nous connaissons une situation qui n’était pas envisageable il y a peu de temps. Penser qu’un virus puisse confiner le monde entier et arrêter toute économie sur la planète faisait partie de la science-fiction. Les activités que nous avions sont suspendues, nos métiers sont ajournés ou transformés, et le pire, c’est que nous ne savons pas jusque quand.

Vous avez aussi remarqué que les comportements ont changé. Je vais vous en citer 2 exemples :

-         Dans la queue d’un grand magasin, une personne d’un certain âge se retournent et m’interpelle : « C’est quand que ça va s’arrêter ces conneries ? »

-         Un ami confiné chez lui devient obsédé par sa pelouse, qu’il a sous ses yeux à longueur de journée. Il tond sa pelouse tous les 15 jours habituellement, et depuis le confinement, tous les 3 jours…

C’est la raison pour laquelle je voudrais vous parler d’ Analyse Transactionnelle, et notamment ce qu’on appelle la TOB, qui est une extension de l’AT et s’applique à des groupes.

 

 L’AT est une théorie du développement de la personne. Elle étudie le comportement des individus et surtout les relations entretenues avec les autres (transaction). En temps normal, les relations qu’on a avec les autres sont déjà complexes puisque basées sur plusieurs points :

-En tout premier lieu notre éducation

-En 2ème tous les facteurs de nos expériences d’adultes et de parents mais je ne vais pas m’étaler dessus, je pourrai y revenir dans une autre intervention si vous le souhaitez

Mais revenons à notre confinement…

 

 

 

1ère remarques :

 

Face à une situation nouvelle, un bouleversement, nous allons subir 4 émotions :

-         La peur

-         La colère

-         La dépression

-         La joie de la reconstruction.

Dans certains domaines, on peut être à un stade, et à un autre ailleurs.

 

COMMENTAIRES DES SUPPORTS .

 

A noter que ces réactions sont normales et que tout le monde passe par ces 4 phases. Seule la vitesse de chacun est différente.

Le comportement de chacun va s’adapter par rapport à la phase dans laquelle on se situe.

 

2ème remarque :

 

Que devenons nous pendant cette période d’attente sur le principe des 3 soifs ( vitales).

 

Éric Berne, l’inventeur de la technique, a décrit 3 soifs concernant 3 besoins fondamentaux pour l’être humain :

 

-         La soif de structure

Elle correspond à notre besoin d’organiser chaque journée : au réveil, nous avons 24h, et nous avons besoin de déterminer ce que l’on va faire et avec qui. Que se passe-t-il en ce moment. Il y a déstructuration complète du temps :

a/ Au quotidien, « j’ai tout fini, nettoyé les placards, briqué chaque brin d’herbe de la pelouse, je fais quoi, je recommence, est-ce suffisant pour exister ? »

b/ De façon hebdomadaire.

 

c/ Plus loin encore, où ça devient encore plus compliqué, puisqu’on n’a pas de date de déconfinement. Comment va être ma vie après ? Pourrais-je aller au cinéma sans masque et gants, rester à côté de ma famille ou serons-nous espacés d’un fauteuil resté vide ? Pourrons-nous continuer le sport dans les mêmes conditions, ou devrons nous être espacés de 2 mètres et être moins nombreux ?

Trouverais-je des commerces ? Y aura-t-il encore mes commerces ? Quand pourrais-je repartir en vacances ? Cette soif n’est donc pas satisfaite.

 

 

-         La soif de stimulation et de reconnaissance

Cela concerne notre besoin de stimulations physiques et mentales. Nous avons besoin du contact physique, souvenir du tout-petit. Une fois adulte, nous avons encore soif de contact physique, et on ne peut plus faire la bise à ses proches, ni les toucher. Et si vous regardez une émission enregistrée avant le confinement et que les gens s’embrassent, vous trouverez ça bizarre !

La reconnaissance mentale. C’est l’appréciation des autres qui nous renvoie une image de nous-même. Or, si je reprends l’exemple du type qui tond la pelouse, sa femme va peut-être lui faire un compliment la 1ère fois mais à la 5ème, ça m’étonnerait. L’esprit humain ne supporte pas l’anonymat, d’ailleurs, les enfants sont turbulents quand on ne s’occupe pas d’eux…

 

-         La soif de position (de vie ou existentielle)

Berne émet l’hypothèse que le jeune enfant, au début du processus de formation du scénario (i.e. plan de vie inconscient), possède déjà certaines certitudes sur lui-même et le monde qui l’ entoure.

Ces « certitudes » sont au nombre de 4 :

1.   Je suis OK, vous êtes OK

2.   Je ne suis pas OK, vous êtes OK

3.   Je suis OK, vous n’êtes pas OK

4.   Je ne suis pas OK, vous n’êtes pas OK.

 

 

La satisfaction de ces 3 soifs me permet de faire face aux évènements et à la vie.

 

 
 

Des solutions ?

 

A/ La 1ère est de structurer son temps, mais attention, pas dans quelque chose de routinier. Essayer une nouvelle activité, une autre façon de réaliser les choses, par le dessin, la lecture, le chant, l’écriture… Trouver un objectif de semaine. Et que ferais-je après le confinement, est-ce-que certains côtés de ma nouvelle vie ne me plaisent pas ? Les rapports que j’entretiens avec ma famille, y a-t-il dans mon nouveau rythme des choses que j’apprécie ? Il y aura grosso modo 2 attitudes :

Boum, je repars comme avant

Stop, je change ma vie,

C’est une expérience de maturation.

 

B/ Comprendre les autres, c’est se comprendre soi-même. Il faut avoir de la tolérance mais surtout de la compréhension face aux réactions d’autrui. Selon le stade où votre interlocuteur se situe, et on ne passe pas de l’un à l’autre comme ça, on peut être dans les 4 stades en même temps. Ses réactions seront adaptées à son état psychique du moment, pas à vous. On appelle ça les timbres. Je vais vous donner un exemple. Un informaticien restait sur son lieu de travail le midi pour faire des achats sur internet. Chaque fois, son chef passait pour faire des commentaires simples, pas des reproches. Mais cela l'exaspère. A chaque fois, il colle un timbre sur la carte de sa patience. Un jour, un stagiaire vient travailler chez eux, et pour lier connaissance avec son collègue, vient derrière lui et regarde le site de vente sur lequel il est. L'informaticien se lève et part en râlant... Le stagiaire n'y était pour rien, simplement il est arrivé quand les timbres ont rempli la page. L'agression ne lui était pas destinée

C/ Conscientiser, c’est mettre des mots sur les maux, alors réfléchissez-y.

 

 

 

THE END .